Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Notre destin est presque écrit ! Foi de Laurent Alexandre !

Ou : Humour. #Nebalancepastonrationaliste ! Par ex. Laurent Alexandre !

 

M. Laurent Alexandre, ex-chirurgien, connaissant la biologie, vient de s’expliquer dans une petite vidéo : *** https://youtu.be/ltrUdC9W6fk

 (V. Altermonde-sans-frontières) ***

  • L’intelligence artificielle plus puissante que l’intelligence humaine ?

by C à dire     *** https://youtu.be/ltrUdC9W6fk           

Dans son ouvrage intitulé « La Guerre des intelligences », Laurent Alexandre s’attaque à l’intelligence artificielle (IA). Il aborde notamment les mutations qu’elle va provoquer dans nos modes de vie, et en particulier dans notre conception de l’éducation. Il dénonce également dans son ouvrage la naïveté et la passivité des pays européens face aux géants du Web qui s’emparent de l’intelligence artificielle.

Parfait ! N’est-il  pas le digne représentant du « cartésianisme »  » du 21ième siècle ? !

N’avons-nous pas « toujours plus » (t. p.) besoin de tels penseurs ? !

Il explique qu’aux USA et Chine, Google, Apple, Amazon,  Alibaba, etc., sont t. p. en  recherche, en expansion, s’imposeront  bientôt sur toute la planète !

 Que l’Europe est à la dérive dans ce domaine !

*** Pour lui, c’est tout simple ! Tout est déjà écrit (Ou presque !) l ! !

Les rapports de force ou/et de capacité industriels  et économiques  sont en train de s’inverser !      Il y aura les nouveaux riches et les nouveaux pauvres ! Point barre ! Dégagez, y’a rien à voir !

Les révoltes, les révolutions, les catastrophes naturelles et dorénavant « artificielles » (Réchauffement de la température, effets différés t. p. délétères des pollutions et produits insérés un peu partout dans les matières, l’alimentation), l’effondrement d’une civilisation,  Le changement d’ère, Darwin, il n’a pas l’air de s’en soucier !

S’il avait titré : « L’intelligence et les catastrophes artificielles plus puissantes que l’intelligence humaine ? », n’aurait-il pas fait preuve de plus de réalisme ? !  

Les exclu(e)s, les chômeuses/eurs définitives/ifs, attendront la mort calmement, dépourvu(e)s de tout ! Les Services de protection sociale, la Justice, la Santé, seront  t. p. en faillite ! Et le manque de personnel qualifié, compétent, s’ajoutera aussi t. p. 

Pas d’émeutes ? ! Pas de guerres civiles ? !  Etc. !

Les raptags (Rien à perdre, Tout à gagner) n’auront-elles/ils pas tout intérêt à passer t. p. à l’action, quitte à être descendu(e)s par une Police t. p. submergée, inefficace, en manque de crédits !

LUI, le « presque » BIOLOGISTE, n’a-t-il pas enterré délicieusement le Bilan de 2005 concernant notre génome ? ! Ne s’est-il pas contenté de l’ingurgiter comme un enfant gourmand se pourlèche en avalant un gâteau ? !

Pourtant, un Être dont le génome se différencie d’environ 1 % de celui du chimpanzé, qui se comporte parfois comme une sorte de chimpanzé-bonobo « boosté », voire cochon, est-il assurément créé à l’image de Dieu ou un dieu en devenir ou le chef-d’œuvre de l’Univers ? !

À l’insu de leur plein gré, en refoulant ce résultat, lui et les autres n’ont-ils pas prouvé que notre espèce est  non évolutive, répétitive, bloquée, fixée, fractale, caduque ? ! Et tout, effectivement, n’est-il pas programmé ? ! (V. Darwin et aussi, pour une fois, la Bible !)

LUI, le presque BIOLOGISTE,  n’a-t-il pas enterré illico le Bilan de 2011 concernant notre néocortex (Selon la loi des séries, le temps ne faisant rien à l’affaire) ? !

Le néocortex ne fonctionne dans la durabilité que dans la « redondance » ! (V. les 80 % de matière banche jadis considérée comme inutile, les 90 % d’ADN non codant appelé « Poubelle » ! ! !)

Notre Société « T. p. » ne tourne-t-elle pas t.  p. à flux t. p. tendu pour essayer de ne pas augmenter t. p. les dettes, les déficits ? !

Les nouveautés qui débarquent en arborescence sur les marchés sont-elles contrôlées ? ! Comme l’amplification fractale des végétaux ? !

Au second degré, ne sont-ce pas des gens comme lui, des rationalistes cartésiens, qui, toujours « à l’insu de leur plein gré », lors d’un bug généralisé ou plus grave que d’habitude, sauveront la Terre en précipitant la fin de cette ère religieuse ? !

Les causes des accidents ou/et catastrophes, tels Le Titanic 1912, le Zeppelin  Hindenburg 1937, Tchernobyl 1986, L’explosion de la navette Challenger 1986, Le crash du Concorde 2000, Fukushima 2011, L’accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge 2013, etc., ne sont-elles pas les conséquences de défaillances de raisonnements « logiques » ayant pour référentiel « Le potentiel mental de l’homo sapiens » ? ! (V. le résultat de 2005 : ~ « 1%+ »)

En 2017, le dit QI n’est-il pas en baisse ? ! (Rôles de l’alimentation de masse discount et des composants des productions  industrielles mondialisées, les perturbateurs endocriniens, etc.) ? ! Et l’obésité ? ! Et les nouvelles maladies ? !  Les dits effets-cocktail différés ? ! L’addiction aux Smartphones ? ! Etc. ? !

Les écologistes idéologisés « humanistes » ne se bornent-elles/ils pas à retarder cette fin d’ère sans tenir compte que si le temps se déroule linéairement, les retombées toxiques suivent une courbe exponentielle ! Que plus on attendra, plus les moutures suivantes auront du mal à se dépêtrer de ces poisons !

2017 n’est-elle pas une bonne cuvée ? !

Les volcans tels que Patapouf de Tulle, J’aime ma femme, La fille de son père, L’Insoumis, sont en fin d’éruption.

D’autres, ailleurs, n’ont-ils pas pris la relève ? !

#Balancetonporc ne se révélera-t-il pas une boite de Pandore ... ? !

Ce bilan de « ~1 %+ » n’est-il pas en train de prendre toute sa valeur ? !

(V. Mediapart de ce jour 13/11/17 : Au-delà d’Hollywood Violences sexuelles: un «torrent» de révélations  Par Mathieu Magnaudeix)

****** Parmi les bobos rencontrés, aucun, aucun n’a voulu admettre cette évidence ! ! !

Et ils ne reconnaîtront rien demain ! Le refoulement ne rentre pas dans la logique cartésienne ! ! !  

#Balancetoncultivé ne pourrait-il pas aussi se développer ? !

VOIR : « Comment était la vie des femmes au Moyen Âge ? »

http://www.futura-sciences.com/sciences/

Ce 1er exemple qui tombe sous la main (Lu ce matin 13/11/17 sur Internet), rappelant ce que  tout « homme cultivé »  a retenu des mœurs et normes du Moyen-âge, ne permet-il pas  d’enfoncer le clou et de souligner qu’il n’est pas coutumier d’entendre ou/et de lire que notre conduite était animalière il y a encore quelques siècles ? ! Que c’est la maigreur de l’évolution mentale depuis qui a abouti  en 2017 à #Balancetonporc. ? ! Et par extension, que  la sclérose du monde musulman ou repliement sur lui-même ne pouvait que s’amplifier sans cesse à partir de cette époque ? !

Les femmes du Moyen Âge n'avaient pas une vie simple.

Majeures dès l'âge de 12 ans, leur futur était tracé en fonction du lieu où elles habitaient et de leur rang.

Dans tous les cas, elles étaient inévitablement destinées au mariage et à l'éducation des enfants.

Chez les nobles, les femmes apprennent très tôt l'art de la couture et de la broderie. Elles sont souvent confiées à un monastère pour y parfaire leur éducation et devenir ainsi de futures bonnes épouses dévouées.

À la campagne, les jeunes filles restent auprès de leur famille, et aident aux tâches ménagères et aux champs.

Passé un certain âge, elles s'occupent également de préparer les repas et d'éduquer les enfants.

Voir aussi : Comment était organisée la société au Moyen Âge ?

Les femmes du Moyen Âge, des mères avant tout

Que ce soit à la ville ou à la campagne, dans les familles riches ou les familles pauvres, le mariage est toujours arrangé.

Majeures dès l'âge de 12 ans, les femmes se marient donc très vite, et sont parfois même fiancées avant 10 ans.

Mais avec les guerres et les épidémies, il arrive fréquemment qu'elles soient veuves à 20 ans et mères de plusieurs enfants.

Dans l'aristocratie, les femmes ne s'occupent pas forcément de leurs enfants à temps complet.

Elles sont en effet souvent secondées par des nourrices ou des domestiques qui se chargent de les langer, les baigner ou les nourrir. Il arrive que des précepteurs soient aussi sollicités pour parfaire leur éducation.

En ville, il arrive que les femmes travaillent dans des petits commerces ou dans d'autres familles, en tant que servante ou lingère, pour subvenir à leurs besoins.

À voir aussi : comment etait la terre avant | comment chauffer au moyen age |

Comment se fait-il qu’à chaque fois que j’ouvre un bouquin axé sur des siècles passés, je sois obligé de conclure :

-que nous ne sommes que des mâles ? !

- Que la loi de la jungle (améliorée !) s’applique dans toute sa brutalité ? !

-Que ces pseudo dinosaures doivent disparaître au plus tôt, avant  qu’ils n’aient réussi à détruire l’habitabilité ? !

-Que je ne sois pas du tout fier d’être encore ici ! Et d’être né ? ! (Mais je n’ai pas eu à me plaindre de mes parents ! Ils étaient « ouverts » !)(Un homme vrai n’accepte de vivre que dans la dignité et donc ne fait pas de vieux os ...!)

-Que tous les dits hommes cultivés (D’après les Immortels à qui je souhaite le sort de Sisyphe, le mâle domine la femelle ! Et si on l’a accepté jusqu’ici, au nom de quelle évolution la règle changerait-elle ? ! Et en souriant innocemment comme des académiciens qui ont eu le temps d’en voir d’autres, comme la Boutin devant Chantal Sébire, ils laissent deviner : T’as vu ma gueule ? Et est-ce que je me suicide,  Moi ? ! Est-ce que je veux tout changer ? ! ) seraient des lâches et des « salauds » selon J.-P. Sartre (V. « L’Être et le néant » et la « mauvaise foi » ! ! !)

Mais là s’arrêtent les jugements puisque je ne crois pas au libre arbitre ! Tout n’est qu’histoire de conditionnements et de potentiel génétique ! (V. Henri Laborit)

« Si x, y, z, je pourrais être comme eux ! »

Et aux « pauvres d’esprit », aux inconscient(e)s de Freud, aucune responsabilité !

Pour terminer, les valses hésitations du chercheur Stephen Hawking !

ENTRE 2016 ET 2017, IL EST PASSÉ DE 1 000 À 100 ANS ! ! !

Et ce n’est qu’un début !

**** [[[Internet 2017 : Selon Stephen Hawking, les humains devront quitter la ...

Dans le cadre d'un documentaire diffusé par la BBC, le célèbre physicien Stephen Hawking a estimé que les humains devront quitter la Terre d'ici 100 ans et ...

www.maxisciences.com/terre/selon-stephen-hawking-les-humains...]]]

[[[Internet 2016 : Stephen Hawking: l'humanité ne "survivra pas 1000 ans de ...

Stephen Hawking, âgé de 74 ans, est l'un des plus célèbres physiciens cosmologistes au monde. Ses travaux ont notamment permis de mieux comprendre les trous noirs.

www.lexpress.fr/actualite/sciences/stephen-hawking-l-humanite-ne...]]]

Il se méfie de l’IA ! De notre destruction par des humanoïdes !

N. B. Internet : ... Et Par Sebastien Veyrier, publié le 10 novembre 2017 à 15h15 :

Pour Stephen Hawking, l’humanité n’a plus que 600 ans pour quitter la Terre

 

Pour moi, peu importe !

Amen

Pierre Payen (Dunkerque) ou Xyzabcd ...

 N. B. Une description concrète de la situation française !

Les dettes aidant, le manque de crédits ne seront-elles/ils pas t. p. paralysant(e)s ? !

Et tout ne partira-t-il pas à vau-l’eau ? ? ? ! ! !

Logiciels de l’État : erreurs systèmes en série

Par Pierre Alonso et Amaelle Guiton — 10 novembre 2017 à 20:46 LIBÉRATION

Dysfonctionnels et coûteux, des programmes informatiques font planter les administrations publiques, de la justice à l’éducation. Un héritage encombrant que les ministères tentent de reprendre en main.

Logiciels de L’État : erreurs systèmes en série

Il y a eu les erreurs répétées, depuis 2011, de Louvois, le logiciel de calcul de la solde des militaires, qui paie trop ou pas assez. Les ratés de Cassiopée, le système de traitement des dossiers de la justice pénale, généralisé en 2009, et vécu comme un boulet par les tribunaux. Les pannes de la Plateforme nationale des interceptions judiciaires (Pnij), gérée par Thales, devenue obligatoire pour tous les services enquêteurs depuis le 12 septembre. La polémique autour de la plateforme Admission post-bac, APB, que le ministère de l’Enseignement supérieur a annoncé, fin août, vouloir remettre à plat. Ou encore le projet de Système d’information et de gestion des ressources humaines du ministère de l’Education nationale, Sirhen, lancé il y a neuf ans et loin d’être achevé, alors que son budget a été multiplié par cinq - de 60 à 323 millions d’euros -, selon la Cour des comptes. En 2014, l’Opérateur national de paie (ONP), censé gérer, à terme, le salaire de 2,5 millions de fonctionnaires, a même carrément été enterré après avoir coûté, toujours selon la Cour des comptes, 346 millions d’euros en sept  ans. Bugs, budgets en explosion, calendriers allongés : l’administration française a-t-elle un problème avec son informatique ?

«Le patrimoine logiciel de L’État, ce sont 12 500 logiciels : il y a énormément de choses qui marchent», tempère d’entrée de jeu, au cabinet du secrétaire D’État au Numérique, Mounir Mahjoubi, son conseiller à la transformation numérique de L’État, Côme Berbain. «Ce n’est pas que L’État, ça arrive aussi dans le privé», souligne de son côté Henri Verdier, à la tête, depuis deux ans, de la Direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de L’État (Dinsic). Le cœur de certaines grandes banques fonctionne toujours sur des systèmes développés dans les années 70, qu’elles n’ont ni le temps ni les moyens de remplacer. Ces reliquats du passé qui s’agrippent au présent ont même un nom : les legacy systems (systèmes hérités).

«Complexité»

Le problème, c’est que quand ça crashe, ce n’est pas qu’à moitié. L’ardoise est lourde, et d’autant plus gênante quand il s’agit d’argent public. La faute, en grande partie, à une vieille tradition, celle des projets pharaoniques planifiés sur huit ou dix ans. Ancien président du Conseil national du numérique (CNNum) et directeur de l’innovation du groupe Open, Benoît Thieulin a travaillé, de 2000 à 2005, au service d’information du gouvernement, où il a assisté à la mise en place du dossier médical partagé. «Ce qui m’a effaré, c’est que même quand on part d’une feuille blanche, on se retrouve toujours après quelques années avec un énorme cahier des charges, explique-t-il. Or entre-temps, le contexte a évolué. Dans certains cas, l’objet est tellement complexe qu’il n’est pas développable.» Sans compter l’appétit peu scrupuleux de cabinets de conseil et autres entreprises de service (SS2I, dans l’ancien monde) qui se sont «gavées» sur la bête publique.

Autre raison structurelle : le logiciel est vu «comme une solution technique facile pour absorber une complexité qu’on ne veut pas traiter», poursuit Thieulin. Cas d’école : les 174 primes différentes de l’armée française (mal) digérées par Louvois. Ou encore APB, qui appartiendra bientôt au passé. Dans ce dernier cas, c’est la délégation pure et simple d’une décision à une solution technique qui est en cause. «D’un point de vue technique, c’est simple, robuste et pas cher, résume Henri Verdier. Le problème, c’est que personne n’a jamais pris ses responsabilités : c’est l’informaticien qui s’y est collé.»

Reste que «L’État a su gérer des grands "projets cathédrales" à une certaine époque», juge Thieulin. «Dans les années 70, on savait faire de l’informatique, abonde Henri Verdier. Aujourd’hui, il n’y a plus beaucoup de grands chefs de projet, de grands architectes dans les systèmes de L’État.» Une perte de compétence qui a rendu difficile de «tenir la dragée haute» aux prestataires privés, avec pour effets une augmentation du coût de l’informatique pour les administrations et un pilotage lointain et parfois erratique des projets.

Le mouvement tend aujourd’hui à s’inverser. Verdier cite l’exemple, certes anecdotique par son montant, de l’hébergement d’Etalab, le portail d’open data du gouvernement, passé de 400 000 euros par an à 20 000 euros en l’internalisant. Pour enrayer le désastre de la Pnij, le nouveau système d’écoutes judiciaires, le précédent garde des Sceaux a créé une agence nationale ad hoc afin d’attirer des profils techniques de haut niveau, plus à même de dialoguer avec les ingénieurs de chez Thales. «Il y a des choses qu’il est bon d’externaliser, pondère Berbain. La question, c’est le pilotage de ces projets.»

«Test and learn»

Tout est réglé ? «Je pense qu’on a mis en place un certain nombre de sécurités qui font que ça ne se produira plus», juge Verdier. Depuis 2014, la Dinsic examine tous les projets de plus de 9 millions d’euros, et doit rendre un avis conforme. L’an dernier, trois ont été recalés. Éviter les crashs est aussi affaire de changement culturel. «On essaie de modifier la manière dont on mène les projets, avance le conseiller de Mahjoubi. Dix ans, douze ans, c’est trop long.» Nouveau maître-mot, la «méthode agile» : une gestion des projets tournée vers la réalisation, sans s’épuiser sur la conception. «C’est la culture du Web : "test and learn" (essayer pour apprendre)», résume Thieulin. «Éviter les big bangs et rajouter de nouvelles fonctionnalités tous les quelques mois», explicite Berbain. Verdier essaie quant à lui de se rassurer : «J’espère qu’aujourd’hui, c’est la queue de comète, mais je ne suis pas complètement sûr. C’est aussi le stigmate de la difficulté à réussir la révolution numérique.» La France n’est pas encore une start-up nation.

Pierre Alonso , Amaelle Guiton

Zéro pointé pour APB, la bête noire des bacheliers

L’algorithme d’Admission post-bac, critiqué de toutes parts, va être remplacé par un logiciel qui se fondera davantage sur la volonté des élèves.

Chez les magistrats, Cassiopée frôle la nullité

S’il a permis de simplifier l’échange d’informations entre les parquets, le logiciel cale à la moindre difficulté, alourdissant la charge de travail des greffiers.

Les militaires payent encore les errements de Louvois

Le logiciel qui gère les soldes des troupes devrait être remplacé par un nouveau système pour pallier les bugs à répétition qu’il connaît depuis son lancement en 2011.

Kafkaïen

C’est bien beau de vouloir faire de la France une «start-up nation» mais peut-être faudrait-il s’en donner les moyens. Ou plutôt s’assurer déjà que les...

Avec la Pnij, les écoutes téléphoniques en plein vertige

Le recours à la Plateforme nationale des interceptions judiciaires entraîne de nombreux incidents.

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel