Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

math - Page 2

  • XYZ, ABCD Humour. Et si le Jeu du « Qui perd gagne » revenait toujours plus (t. p.) à la mode ? !

    Plusieurs points de vue cohabitent pacifiquement ou non !

    Quelques notations trouvées dans la Bible.

    « Bienheureux les pauvres d’esprit, parce que le royaume des cieux est à eux » (Chap. 5.3 du Sermon de la montagne)

    5-6 Bienheureux ceux qui sont affamés et altérés de la justice, parce qu’ils seront rassasiés.

    5-10 Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice, parce que le monde des cieux est à eux.

    Celui qui aime la justice et qui veut vivre dans un esprit d’attachement à la justice doit s’attendre à être persécuté. L’apôtre Paul affirme en 2Timothée 3.12 que ceux qui cherchent à vivre avec piété et droiture connaîtront inévitablement la persécution. Or, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés.

    Quant aux gagnants apparents dans une optique matérialiste, à quoi doivent-ils s’attendre ? !

    (Le masculin est ici privilégié puisque à l’époque, les hommes dominaient !)

    Ev. s. st.-Luc : -ch. 6.24  « Mais malheur à vous, riches, parce que vous avez votre consolation dans ce monde ! » ;

    -ch. 6.25 « Malheur à vous qui êtes rassasiés, parce que vous aurez faim !  Malheur à vous qui maintenant riez, parce que vous serez réduits aux pleurs et aux larmes ! » ;

    Luc -ch. 18.25 « Il est plus aisé qu’un chameau passe par le trou d’une aiguille qu’il ne l’est qu’un riche entre dans le royaume de Dieu » !

    Etc.

    Sur un autre versant règnent les rationalistes depuis le 18ième siècle

    Ils ont copié, à une symétrie près, la parabole chrétienne : « L’homme est un dieu en devenir, le D étant ravalé en d, etc. !)

    La politique de la fuite t. p. en avant vers l’installation du paradis terrestre via le progrès scientifique bat t. p. son plein !

    Les transhumanistes sont persuadés que l’espérance de vie peut être prolongée, que les progrès scientifiques permettront de vivre continuellement en bonne santé ; qu’à la limite, on pourra changer les pièces ou parties déficientes tout en assurant l’immortalité !

    Implicitement, cela signifie aussi que l’homo sapiens est le chef d’œuvre de l’Univers, que la loi de complexification de Darwin est devenue obsolète ! Comme la voiture de 2017 n’a plus aucun intérêt à être changée par des nouvelles moutures !

    Le grand chef de cette école ou secte est Laurent Alexandre. Il a récupéré des benêts de pseudo philosophes qui n’entravent rien !

    L’un a été complice du second assassinat de Socrate par le candidat Sarkozy en 2007 pour obtenir un poste. Comme il faut bien vivre, il tente actuellement sa chance en tant qu’auteur de BD philosophiques pour les jeunes ! (V. la fin)

    Plus sérieusement, n’est-ce pas eux qui ont rejeté le Bilan de 2005 concernant notre génome, c. à d. le résultat consignant l’existence d’une différence de 1% entre le nôtre et celui du chimpanzé ? !

    Inutile de s’appesantir plus ! Pour eux un type de caractéristique « 1%+ » fait leur affaire !

    Une donnée moins cartésienne, plus statistique, plus quantique ou/et biologique !

    [[[V. sur Internet : Le hasard : la cause d’un tiers des cancers | Medisite

    En plus des facteurs environnementaux et héréditaires, de simples erreurs aléatoires lors de la division des cellules pourraient expliquer de nombreux cas de ...

    www.medisite.fr/a-la-une-le-hasard-la-cause-dun-tiers-des-cancers...]]]

    *** Et si le hasard, non pas au sens de la pièce lancée atterrit sur une face ou l’autre, mais en tant que détermination incompréhensible par nos petits cerveaux parce que dépendant de trop de paramètres (V. La théorie mathématique déterministe du Chaos), jouait un rôle aussi fondamental que mystérieux? ! 

    A chacun(e) de décider !

     

    J’avais présenté sur mon blog en 2010 un petit article : La vie ne serait-elle pas une sorte d’hyper jeu ?

     

    (Le masculin neutre sera de rigueur !)

    Dans l’Occident moderne rationaliste (le prolongement de l’ancien judéo-christianisme mais rebâti souvent par symétrie : « L’homme créé à l’image de Dieu » est devenu « L’homme est un dieu en devenir »), le principe du tiers exclu ou binaire remplace le dualisme ; le « bien » s’apparente au « positif » qui déprécie le « négatif », alors que le sens du mot n’existe qu’avec (ou exige) sa négation comme les deux faces d’une pièce de monnaie classique (cliché bouddhiste !).

     Si ce constat était accepté, d’autres questions pourraient se poser.

    Quel est le moteur de la vie ? N’est-ce pas la « motivation » qui fait réagir ?

    Sa composition ne serait-elle pas formée de « manques » et « déséquilibres » ?

    (Voir au départ le « principe d’homéostasie » suivi par la moindre cellule)

    Dans un vrai paradis sans le moindre besoin, des réactions, actions, mouvements, se manifesteraient-ils encore en provoquant de l’animation, des indices de vie ? !

    L’être humain ou l’homo sapiens (h. s.) ne se retrouve-t-il pas plus ou moins livré à lui-même, dans des manques multiples, c. à d. dépourvu d’indications précises, dans le flou, voire parfois brouillard ou plus, obligé de commencer à l’aveuglette ou à tâtons, de pratiquer la méthode des essais et erreurs dans le but de « s’en sortir » au mieux ?

    Dans ce contexte, n’est-il pas astreint à parier, miser, échafauder des tactiques ou stratégies pour tenter de « gagner », « réussir », « vaincre » ou « contourner », « dépasser », les obstacles qui se présentent sans cesse ? !

    N’aura-t-il pas tendance, par peur de l’insécurité, de la mort, en sollicitant son néocortex imaginatif, à pousser plus loin son avantage passager et à chercher à consolider son acquis, à le protéger (conservatisme), avant de l’amplifier (en tombant dans la dépendance) « toujours plus » et en versant dans le capitalisme ? !

    Les mots venant d’être employés ne configurent-ils pas l’espace des jeux ?

    POURQUOI LA THÉORIE DES JEUX NE POURRAIT-ELLE PAS S’APPLIQUER EFFICACEMENT AU PREMIER DEGRÉ … ?

    1) Quels sont les ingrédients d’un jeu qui fonctionne bien ?

    -Les quelques gagnants ne cohabitent-ils pas pacifiquement avec la masse des perdants parce que liés par « l’espoir » de « s’en tirer par le haut » ?

    -Si celui-ci vient à trop s’amenuiser, le jeu ne s’effondre-t-il pas de lui-même et un nouveau ne prend-il pas la relève ?

    Succinctement, entre autres, ne distingue-t-on pas plusieurs types de profil ?

    -Ont soif de s’élancer les concurrents croyant en leur avenir.

    -Les résignés et soumis ou les « pas de chance » se contentent de respirer (ou presque).

    -Les désabusés sont ou amers ou redimensionnés.

    Dans tous les cas, quels que soient la situation, le talent des acteurs en compétition, le grand manège ne peut que tourner correctement et perdurer que selon certaines modalités, qu’en respectant certains quotas ! Peu importe la qualité ou l’intelligence globale des participants ! Le principe de Pareto ou la règle (20 % / 80 %) est largement compatible avec ce scénario, le vérifie grosso modo ! La valeur de cette observation (d’abord concrète) d’économie de la fin du 19e siècle a pu être confirmée scientifiquement dans des problèmes de physique dynamique de flux … v. Internet)

    (Vilfredo Pareto, économiste, vers 1900 observa qu’environ 20 % de riches profitaient de 80 % des ressources dans les pays modernes occidentaux. Jusque la fin  du 20ième siècle, le PNUD affichait régulièrement le déséquilibre 20/80)

    # Plus synthétiquement, ceux qui ont saisi le système posé par le créateur du jeu ne se discriminent-ils pas de ceux qui se précipitent dans l’attente enfantine d’obtenir des récompenses ? !

    ## Pourtant, ces « bons joueurs » ne constituent-ils pas les éléments primordiaux ou indispensables de la structure ? Ne serait-il pas aussi utopique et absurde de vouloir les supprimer que de s’attaquer à la disparition des ombres provoquées par le Soleil !

     Il apparaît normal que les jeunes êtres adhérent à ces jeux puisque c’est la période de la découverte, de l’apprentissage, etc.

             N’est-il pas plus bizarre qu’en prenant de l’âge on ne soit pas amené à relativiser, à démystifier cette « soif » de jeu terrestre, voire à imaginer plutôt une suite dans l’après- vie ? !

             En prenant du recul, sans doute. Mais peu importe !

             C’est ce qu’on peut envisager mais qui ne nous est pas permis de connaître, les dimensions de notre potentiel mental étant petites. Personnalisons-nous le miracle de l’Univers ou seulement des éléments d’une espèce (pour le moment la plus complexe) ? !

    En 2005, une évaluation comparative de notre génome et de celui du chimpanzé n’a-t-elle pas révélé une différence d’environ 1 % nous identifiant (plus sérieusement) plutôt à des sortes de « bonobos boostés » qu’à ceux de la célèbre parabole (V. le début) ? !

    S’il était utile d’insister, l’expression « La dignité humaine » ne pouvant être séquencée sans l’altération de sa signification, qui serions-nous ? ! Des hommes ou des h. s.? !

             Fréquemment, les activations prédominantes du cerveau reptilien qui gère l’instinct de survie (par la force) et du cerveau des émotions à la quête du plaisir (par une démarche basée sur l’analogie !) ne bousculent-elles pas les analyses et les déterminations rationnelles néocorticales qui se transforment en velléités sans poids (comme la domestique d’antan devant son maître ou Seigneur et saigneur) ? !

             Où se montre alors la « liberté » ou le « libre arbitre » ?

    2) Par analogie, un spectacle théâtral ne se révèle-t-il pas en tant que « chef-d’œuvre » par la richesse, la diversité, le foisonnement de tous les « bons » et « mauvais » rôles ? Et ce qui se passe dans les coulisses a-t-il un rapport avec le jeu de scène ? Attribue-t-on nécessairement le rôle le plus facile à l’acteur le plus doué ?

    À remarquer encore que deux sous- jeux,  le « Qui gagne perd » et le « Qui perd gagne », sont installés en permanence mais plus qu’incompris ! Ils étaient déjà évoqués dans le recueil de contes et légendes écrit au fil des années par des paysans bergers très intuitifs, voire géniaux (nommé Bible) …! Ils étaient surdoués mais ils n’ont tout de même pas été capables de prévoir que l’histoire (non pas du Père Noël, plus tardive, inventée par des parents …) de l’h. s. ressemblant à Dieu ferait florès pendant des millénaires, que ces soi-disant hommes se métamorphoseraient en adolescents attardés ou chroniques (ou adulescents) ! Quoiqu’ils aient programmé qu’ils demeureraient (sauf exception) aveugles et sourds et obtus jusqu’à ce que tout s’effondrât !

    N. B. Des conseils bouddhistes laissent entendre qu’on avance d’échec en échec ; qu’apprendre à vivre, c’est apprendre à mourir ; etc..

    Lao-Tseu expliquait (approximativement) « L’homme qui parle ne sait pas, l’homme qui sait ne parle pas » !

    A chacun de conclure comme il le désire … Peu n’importe-t-il pas au second degré ? !

    De M. Pierre Payen (Dunkerque) ou Xyzabcd

     

     

    *** Un ajout..., une hypothèse supplémentaire.

    Et si chacun(e), en fonction du potentiel génétique de départ,  avait un parcours terrestre à effectuer ? !

    Tout se passerait selon un rythme personnel.

    Comme dans tout jeu, les différences pourraient être énormes ... Mais peu importerait, tout serait relativisé.

    Dans le cas de conscience suffisante, le parcours prendrait fin lorsque la/le participant(e) aurait l’impression d’avoir, sinon tout compris, suffisamment assimilé les règles ou structures de la vie pour ne plus se sentir en manque, ne plus désirer « un plus », donc serait prêt(e), légitimement, à accéder au « cycle suivant » ou « Après-vie » !

    (Bien sûr, « l’addict(e) » du « Toujours plus » serait en dehors des clous ! Devrait suivre un nouveau stage terrestre et se calmer !)

    Sinon, en cas de décès, si elle/il avait toujours soif de la vie, elle se réincarnerait automatiquement jusqu’à ce que tout soit pleinement consommé et désamorcé !

    Par exemple, les riches narcissiques, n’ayant rien compris, enferré(e)s dans leurs privilèges, reviendraient pour éprouver le ressenti des exploité(e)s ! Pour mieux « comprendre » en « allant au charbon » !

    Il ne s’agirait pas de pénalisations ou de condamnations mais de parcours à effectuer dans la « compréhension », en activant le « néocortex » !

    Et à chacun(e) selon son niveau, son potentiel génétique, son génome !

    Évidemment, à moins d’être surdoué(e), il n’est pas facile pour une jeune personne de tout comprendre et relativiser d’un coup !

    Mais, symétriquement, elle ne demande qu’à vivre « plus » pour découvrir ! « Il faut laisser le temps au temps » !

    Quant aux trop énormes accidents génétiques, trop grands handicaps, reste un mystère (Pour moi) ...

    Ils entrent dans la configuration des mathématiques, dans les options de la Combinatoire des différents éléments mais ? !

    Pourquoi de tels handicaps ? De telles souffrances ?  Un tel enfer terrestre ?

    That is the question !

    Ce qui est sûr, c’est qu’à 72 ans, estimant m’être bien tiré des problèmes rencontrés, je ne voudrais pas renaître ! Que dés l’adolescence, pour rien au monde je n’aurais voulu enfanter !

    Qu’à cause de cette vision de la vie parfois horrible, je suis devenu prof de math de collège avant de profiter, lorsque les CDI furent créés, lorsqu’il n’y avait pas encore de Capes de documentation, de la recherche de volontaires pour devenir (Suite quand même à un entretien au rectorat !) documentaliste ...

    Il se fait que M. Sarkozy, quelques semaines avant le scrutin présidentiel de 2007, a proclamé devant M. M. Onfray (philosophe à la mode) « Je n'ai jamais rien entendu d'aussi absurde que la phrase de Socrate : Connais-toi toi-même » (V. sur Internet  Michel Onfray : Dans la peau de Nicolas Sarkozy ) (En clair, la traduction n’est-elle pas du type : C’est Dieu qui nous conduit. Il suffit d’écouter ses messages, donc son instinct et ses intuitions ? !)

     

     

     

     

  • Qui sait que c’est Rosalind Francklin qui a réellement découvert l’ADN ? !

     

    (Un oubli à réparer avant de fermer la page)

       Pour terminer l’année 2013, l’humour machiste des pseudo-découvreurs de  L’ADN ! James Watson, Francis Crick et Maurice Wilkins ! ! !

    Si la dite Gauche était « vraie » cette chercheuse ne serait-elle pas honorée ! N’illustrerait-elle pas la politique anti « mâles misogynes » ? !

    Je viens de découvrir, sur Figaro Madame (Revue de droite qui n’est pas très féministe) le contenu d’une interview  d’Antoinette Fouque (Une fondatrice du MLF vers 1968) que :

    C’EST Rosalind Franklin qui a découvert l'ADN !

     Mais comme elle est partie ou a décidé d’abréger son séjour terrestre suite à la rencontre hasardeuse d’un cancer  radioactif, ses soi-disant copains et collègues en ont profité pour ramasser le NOBEL ! (Bien sûr en débinant la « chieuse », v. la fin !)

    On dit, voire déplore, que les œuvres des femmes soient nettement moins fondamentales, progressistes que celles des dits hommes ! Et les premiers en déduisent une intelligence moindre !

    Les secondes sont un peu frustrées parce qu’elles savent que l’intelligence n’est pas en cause mais les objectifs, les perspectives ... Elles n’en font toutefois pas un plat !

    Si je suis content d’être mâle dans le sens où cela m’évite des tas de problèmes, des tas d’injustices ; si je suis devenu matheux parce qu’au départ, vers l’âge de 6 ou 7 ans, j’ai découvert que la vie était fondamentalement injuste (À partir de ce bilan, peu de choses m’ont intéressé en classe excepté la logique des maths ...) ; je me suis rendu compte ensuite que les maths sont formidables à condition de savoir en  sortir, de ne pas devenir « binaire », de s’échapper du cartésianisme (prolongement ou transposition du dualisme) en prenant conscience de la notion de dimension

    -Si celle-ci apparaît lors de l’étude des espaces vectoriels (V. l’exercice des 6 allumettes pour les néophytes, sur Internet, qui montre que si on évolue en dimension 2, on ne peut concevoir le relief qui exige la dimension 3 ..., etc.),

    -si elle aurait dû limiter les prétentions des scientifiques,

    -ceux-ci, en se définissant comme rationalistes, c. à d. comme des dieux en devenir capables un jour d’établir le paradis terrestre, sont à la source de la politique de la fuite « toujours plus » en avant ... avec, évidemment, les pollutions toujours plus délétères !

    Devenus des drogués, victimes de l’addiction-pulsion « toujours plus », ils termineront sous une suite d’overdoses en entraînant l’espèce des homo sapiens (of course !).

    Ce sera la fin de l’ère des religions (que le dieu soit x, y ou z ou le système binaire rationaliste) ... Avant la fin du siècle ! (V. l’article précédent et l’adresse sur Internet de « Les arbres de l’évolution » ou l’hypothèse 2080 !)

    N. B. En ce moment, des travaux montrent que les deux hémisphères féminins sont plus reliés ou connectés que les masculins ... Pour ces raisons, parce que l’ensemble est plus « riche » ou étoffé ou tramé ou structuré, peut-être, sont-elles moins binaires ? !

    Rosalind Franklin, celle qui a découvert l'ADN de Brenda Maddox

    Titre original : Rosalind Franklin, the dark lady of DNA

    Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Scientifiques , Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

    critiqué par Oburoni, le 3 mars 2012 (Waltham Cross, Inscrit le 14 septembre 2008, 30 ans)

     Dans l'ombre de l'ADN

    Décembre 1962. James Watson, Francis Crick et Maurice Wilkins reçoivent le prix Nobel pour leur découverte de la structure de l'ADN. Une personne, pourtant, reste cruellement absente des jolies photos, une femme remarquable occultée par les beaux sourires des vainqueurs alors que sa contribution fut cruciale : Rosalind Franklin.

    Scientifique à une époque où la science est un domaine clairement masculin et machiste, carriériste dévouée à son travail au temps où les femmes étaient supposé rester au foyer, fière, libre, indépendante (et payant cher pour cela !) Rosalind Franklin était remarquable à plus d'un titre. Son nom restera toutefois attaché à l'un des épisodes les plus controversés de l'histoire des sciences au XXème siècle : la découverte de la structure de l'ADN, dont elle ne profita pas du succès.

    Si ce furent en effet ses notes, ses photos et ses travaux, consultés sans son consentement, interprétés sans son avis, qui provoquèrent le moment "Eureka !" chez ses "collègues" Watson et Crick, la jeune femme ne sera jamais reconnue comme elle l'aurait dû. Décédée en 1958 elle ne put certes pas recevoir le Nobel (jamais décerné à titre posthume) mais, surtout, le trio Watson-Crick-Wilkins avec qui elle avait des relations calamiteuses minimisèrent aussi alors sciemment sa contribution, pourtant cruciale.

    Ils admirent bien leurs erreurs et émirent même des regrets depuis (Crick reconnu leur "attitude patronisante", Watson de l'avoir "sous-estimée" -néanmoins après en avoir peint un portrait peu flatteur dans son célèbre "La double hélice") il n'empêche : la réputation de Rosalind Franklin, parce qu'elle était une femme, souffrit même après sa mort des heurts et conflits qui entacheront à jamais l'une des plus importantes avancées scientifiques du XXème siècle.

    Sans la limiter à ce triste épisode mais revenant, aussi, sur son parcours remarquable, ses travaux et ses succès au-delà de l'ADN, Brenda Maddox raconte le destin, triste au fond, d'une scientifique brillante, malheureusement fauchée par un cancer des ovaires à l'âge de 37 ans. Une telle biographie, écrite avec sympathie et tendresse sur fond de querelles d'égos dans un univers académique impitoyable fait plus que de lui rendre justice et hommage : il contribue à la sauver d'un injuste oubli.

    VOIR  INTERNET ...

    C’est un article d’Antoinette Fouque (Célèbre psy, éditrice, militante féministe des années 68, cofondatrice du MLF en 1968 ...) de titre : « Les Femmes sont le génie de l’espèce » qui vient de me faire découvrir Rosalind Franklin !

    (Sans doute que si j’indique le nom de la revue, les critiques vont s’élever ! Mais c’est en feuilletant Figaro Madame du 27ou 28/12/13 que j’ai découvert cette chercheuse ! Peu importe !)

    Extrait d’un article sur Internet ... : Dix ans après la mort de Rosalind Franklin, Watson obtient la palme de la muflerie - totalement méritée, cette fois - en immortalisant dans son best-seller La double hélice, la "terrible Rosie" sous les traits d’une harpie moche et incompétente. C’est ainsi que s’écrit l’histoire des sciences......

     

    AMEN !

    Bonne fin d’ère religieuse !

    END !

    Xyzabcd ...Pierre Payen(Dunkerque)

     

     

     

     

  • A propos du dualisme, du système binaire ou du tiers exclu …

     

    Les cartésiens ou les rationalistes classiques sont binaires …

    Cela les empêche d’accéder au monde vivant ou de l’infiniment petit puisque seule la mécanique quantique gère cet espace où le principe du tiers inclus s’applique constamment !

    Selon un autre angle de vue, les maths probabilistes, la théorie mathématique des jeux, etc., fonctionnent aussi différemment.

    Supposons un Jeu d’été où les éléments sont des représentant(e)s des régions …

    Peu importe la ou le représentant(e) X, Y ou Z, le principal est qu’une personne joue ce rôle …

    Si on prend l’Histoire de France, les réunions internationales, le G20, etc., même topo !

    Tous les calculs, prévisions, etc., se font à un niveau plus global, en tout cas dépassent les individualités …

    Il me semble que le Jeu de la vie fonctionne ainsi.

    Par ex., la loi de Pareto ou règle des 20/80 ou maintenant la « distribution de Pareto » (En maths) semble assez bien s’appliquer aux sociétés occidentales.

    C’est un économiste, Vilfredo Pareto, qui fin 19ième siècle observa qu’en général 20 % de riches profitaient d’environ 80 % des ressources …

    En physique des fluides, des flux, cette équation est vérifiée …

    Nos petits cerveaux peuvent seulement s’apercevoir, qu’en fonctionnant en dimension 4, ils ne peuvent accéder aux dimensions plus élevées …

    ***Mais les rationalistes qui ont étudié ce problème en maths (V. les espaces vectoriels) n’hésitent pas à se renier en se proclamant capables de tout démystifier et domestiquer un jour, en se posant comme les chefs-d’œuvre de l’Univers, donc de la dimension extrême ! ! !

    D’un côté ils pourraient être « inexcusables », de l’autre, comme Freud ou la Bible : ils sont inconscients ou « Pardonnons-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font » …

    C. q. f. d. (Oui / Non ? !)

    Xyzabcd !